iThin

Aller au contenu

Menu principal

Validation

Etudes
 
 

Conférence de la
Dr D. DURRER

Congrès Mondial
de l’Esthétique
MONACO
2/4 avril 2013



Unique


Toutes nos études scientifiques sont réalisées sous le contrôle d’une Commission d'Etat, ce qui garantit des résultats avec une

TOTALE TRANSPARENCE.

Unique

 

Validé scientifiquement par des Etudes de Masters – CHUV et ISSUL de Lausanne – Suisse – Dresse D. Durrer (Etudes réalisées sous le contrôle de la Commission d’Ethique du Canton de Vaud – Suisse).


iThin
est une méthode prometteuse dans le domaine de l'amincissement et de la perte de poids.

Il s'agit d'un concept efficace et simple d'utilisation qui permet d’amincir la silhouette et du tissu adipeux tout en préservant ou en augmentant la masse musculaire. La méthode permet d'oxyder la graisse intra-abdominale par l'activité physique, mais aussi de brûler les graisses sous-cutanées localisées et de permettre ainsi un amincissement ciblé.

Après avoir obtenu le feu vert de la commission d'éthique du CHUV, la première étude a débuté en janvier 2011 et la deuxième en septembre 2012. Elles avaient pour but d'évaluer l'effet sur le tissu adipeux intra-abdominal et sous-cutané tronculaire d'un programme d'activité physique structuré 3x/semaine sous supervision associée à une application conjointe d'ultrasons diffus (Sonic Resonance)  au niveau abdominal (effet sur le tissu adipeux sous-cutané). Le phénomène de déstockage local des graisses est dû à une stimulation locale du système sympathique par la noradrénaline qui augmente significativement l'oxydation régionale des lipides. Les graisses libérées sont alors utilisées et consommées par l'exercice physique.

En résumé, les résultats de cette étude ont montré des effets autant sur la graisse intra-abdominale que, contre toute attente, sur la graisse sous-cutanée avec une diminution d'environ 8cm de tour de taille en 6 semaines. La méthode permet également de brûler le tissu adipeux localisé et donc de cibler les régions à traiter.



L'étude a été publiée en Juin 2014 dans la revue scientifique Française "Obésité".

 
Retourner au contenu | Retourner au menu